Compte-rendu du Dimanche 26 juin 2011

Publié: 20 novembre 2011 dans Comptes rendus

Au cours de l’après-midi, le nombre de participants aux discussions a varié de 15 à 23.

Organisation matérielle des rassemblements sur la place.

Question de la maison de carton : contraignante pour le stockage, le transport, le montage. Peut-être faudrait-il trouver un support plus pratique à transporter (tente). Cependant cette maison attire les gens et est un peu devenue un « symbole ».
Question de l’installation des supports d’affichage et des banderoles sur la place avant les rassemblements : il faudrait que ce ne soit pas toujours les mêmes qui aient tout à faire, que ça « tourne » entre nous, tout en gardant de la souplesse et en préservant la liberté de chacun dans son investissement.
Chacun doit apporter du petit matériel (carton, papier, scotch, ciseaux, peinture, craies…)
Question de l’horaire du dimanche à débattre : 12h30 semble trop tôt et faute de personnes présentes à cette heure-là, le mouvement se décrédibilise.

Comment inviter les passants à nous rejoindre, à participer aux discussions, à s’investir dans le mouvement ?

Nécessité de créer un espace « festif », convivial : réinvestir la place concrètement, faire en sorte que les gens s’y sentent « chez eux ».

Quelqu’un pourrait jouer le rôle d’un « bouffon », prendre la parole régulièrement avec des mots qui interpellent, des paradoxes, des questions, pour provoquer la réflexion, à la discussion.

Il est essentiel de permettre à tous de s’exprimer, la place doit être un lieu de parole libre : trouver un support (idée d’un grand « cahier de doléances », ou d’un « arbre à palabres ») sur lequel les gens pourraient écrire ou dessiner leurs propres motifs d’indignation. Les textes seront collectés à la fin de chaque rassemblement et pourront ensuite être affichés, ou lus sur la place.
Autre piste : un grand panneau de type « brainstorming », sur lequel serait écrit un mot-clé au début du rassemblement et qui permettrait à tous de s’exprimer autour de ce mot (exemples de mots cités : indignation, rage, colère…)
Autre piste encore : écrire à la craie sur le sol puis photographier ce qui aura été noté ou dessiné.

Il semble important de passer par l’affectif, le ressenti personnel des gens, en les amenant à s’exprimer autour d’un mot.

Il est proposé qu’en parallèle aux rassemblements réguliers, de petits groupes interviennent aussi ponctuellement dans les quartiers d’Angers, pour toucher une population la plus large possible. Peut-être en profitant d’évènements type fêtes de quartier, marchés…

Débats sur les objectifs du mouvement

On peut décrédibiliser les politiques mais pas LA politique. Il faut pousser chaque candidat aux élections au bout de ses engagements. Il faut forcer nos hommes politiques à tenir compte de ce qu’on veut. Ne pas attendre qu' »ils » nous entendent, mais agir déjà ici et maintenant. Il faut d’abord qu’on s’entendre entre nous, et qu’on construise « autre chose ». Importance de la ténacité du mouvement plus que du nombre de participants.

Nécessité de trouver une assistance juridique pour le mouvement.
On peut faire des actions à la limite du légal, si elles plaisent et attirent les gens, on finira par obtenir une légitimité de fait.

Considérer ce qui nous rassemble plus que ce qui nous sépare.

Se retrouver pour discuter est déjà une action.

Qu’est-ce qu’être « indigné » ?
Nous sommes tous d’accord sur les motifs d’indignation, pas sur les modes d’action. Il est peut-être trop tôt pour agir, on ne se connaît pas encore assez. Discuter d’abord sur le fond, aborder des questions parfois philosophiques permet de bien construire les actions à venir.
Notre point commun est peut-être une certaine souffrance personnelle face au système. Mais comment exprimer cette souffrance ? Il faudrait réussir à partager nos souffrances, permettre aux gens de les exprimer.
Monde individualiste où chacun souffre seul sans oser en parler.
Comment exprimer sa colère sans « agresser » les autres ? La souffrance d’autrui peut gêner…

Thème du rapport dominant-dominé : base de tout. Il faut en parler, c’est l’un des enjeux du mouvement. Question de l’individuel et du collectif…
Le mouvement est porteur d’espoir, comme émergence d’une expression collective. On est en train de créer du collectif, c’est déjà une action.

Importance de ne pas reproduire ce qu’on veut dénoncer : réapprendre à vivre sans s’exploiter les uns les autres, sans mentir. Créer un autre système. 

Lectures
Lecture d’un texte personnel par Benjamin (voir ci-dessous)
Lecture d’un texte d’Yves Paccalet, philosophe, extrait de son pamphlet : « L’humanité disparaîtra, bon débarras » 

A prévoir pour le prochain rassemblement mercredi 29 juin :
chacun est invité à écrire quelques phrases pour exprimer ses propres motifs d’indignation.
décider d’un autre horaire pour le dimanche
quid de la période estivale ? Qui sera là ? Actions possibles ?
penser à apporter du matériel pour afficher, écrire, dessiner
les boissons et trucs à grignoter sont bien appréciés !

Texte écrit par Benjamin
Indignez-vous !

Il serait facile de dresser la très longue liste des indignations passées, présentes et à venir… Les réflexions et discussions ont fait émerger des constatations révoltantes qui dénigrent les fondements des valeurs humaines.
Il est établi que la frustration gagne du terrain sur les consciences.
L’étape de l’au-delà des constats et des commentaires devient indispensable pour espérer un avenir plus serein au monde qui est le nôtre.
Cela demande de l’engagement, des prises de risque, mais surtout d’inventer, de mûrir et de structurer des solutions durables et concrètes.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s