pourquoi je soutiens les anti wall street

Publié: 21 novembre 2011 dans Presse

Pourquoi je soutiens les anti-Wall Street

Spontanéité, inventivité, humour et surtout clairvoyance… Pour le chroniqueur de gauche Eugene Robinson, Occupy Wall Street a tout d’un grand mouvement.

Logo Courrier International20.10.2011 | Eugene Robinson | The Washington Post

Le mouvement Occupy Wall Street et ses avatars à travers le pays sont à la fois insensés, incohérents et parfaitement donquichottesques. Dieu que je les aime ! J’aime tout dans ces sit-in. Le fait qu’ils soient spontanés, sans meneurs et sans contrainte de temps. Le fait que les contestataires refusent de formuler des exigences précises au-delà d’un appel énergique à davantage de justice économique. Le fait aussi que les “indignés” de Chicago – cas unique jusqu’à présent – aient ignoré cette consigne et aient publié la liste de leurs revendications. J’aime le fait qu’il n’y ait pas de règles, simplement des tendances.

J’aime la solution imaginée par les “indignés” de Wall Street lorsque ceux-ci se sont vu interdire d’utiliser des porte-voix : le microphone humain, c’est-à-dire de demander à toutes les personnes à portée de voix de répéter les phrases de l’intervenant, à l’unisson et mot pour mot, de sorte que la foule entière puisse entendre ce qu’il dit. Cela fonctionne – même si l’effet est un peu ridicule. Il n’est pas rare que les mouvements de contestation appelés à prendre de l’ampleur aient le sens de l’humour.

J’aime surtout le fait que les “indignés” de Wall Street se soient soulevés au bon moment et ne se soient pas trompés de cible. Cela pourrait être les prémices d’une lame de fond. Si la définition du concept de “justice économique” peut différer d’un individu à l’autre, ce n’est pas une formule en l’air. Elle cristallise l’effacement, à notre insu, de la notion d’équité dans notre système économique – et dans notre vocabulaire politique. L’injustice économique est devenue la norme. Le bilan s’étale devant nos yeux : un pays dans lequel les riches sont devenus des super-riches pendant que la classe moyenne perdait progressivement du terrain, où le chômage reste bloqué à des niveaux jadis jugés insoutenables, et où le système politique est incapable de prendre les mesures qui pourraient faire la différence. L’économie finira un jour par sortir de l’ornière et les choses sembleront s’améliorer. Mais sur le fond, toutefois, rien n’aura changé.

Pendant la majeure partie de notre histoire, il était entendu que le secteur financier était censé rendre un service vital à l’économie : acheminer des capitaux vers les entreprises susceptibles de les utiliser au mieux. Mais les mutations technologiques, économiques et politiques dont le monde a été le témoin au cours des dernières décennies ont donné mille occasions à Wall Street de s’auto-injecter ces capitaux, souvent en inventant des produits financiers exotiques. Cela ne veut pas dire que les banquiers d’investissement doivent être tenus pour responsables de tous les maux de la planète, mais que Wall Street incarne un système économique et politique qui ne semble plus servir les intérêts d’une majorité d’Américains.

C’est pourquoi un groupe bigarré – pas immense, mais idéaliste et déterminé – squatte le sud de Manhattan. Des occupations similaires ont lieu dans une vingtaine d’autres villes américaines. Signant peut-être la naissance d’un mouvement. Un jour ou l’autre, ses tentes seront repliées – et, comme le monde n’aura pas changé, on pensera que c’était un échec. Mais quelque chose me dit que l’on aura tort. Les graines du militantisme progressiste plantées par les “indignés” de Wall Street pourraient bien donner naissance à quelque chose d’énorme.

lire l’article intégral sur Courrier International

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s