Archives de la catégorie ‘Actus’

Nous recherchons, en urgence, des contacts dans toutes les villes étapes de la marche populaire Angers-Paris 2012 :

1) 07 avril Angers-Marcé 23km

2) 08 avril Marcé-La Fleche 26km

3) 09 avril La Fleche-La Suze sur sarthe 25km

4) 10 avril La suze sur sarthe-Le Mans 20km

5) 11 avril Le Mans-Montfort le Gesnois 19km

6) 12 avril Monfort le Gesnois-St-Ceneré 19km

7) 13 avril St-Ceneré-St-Ulphace 21km

8) 14 avril St-Ulphace-Luigny 21km

9) 15 avril Luigny-Illiers-Combray 20km

10) 16 avril Illiers-Combray-Chartres 25km

11) 17 avril Chartres-Maintenon 18km

12) 18 avril Maintenon-Rambouillet 22km

13) 19 avril Rambouillet-St-Remy les chevreuses 20km

14) 20 avril St-Remy les chevreuse-Clamart 20km

15) 21 avril Clamart-Paris 10km

Carte: http://g.co/maps/6y2a7

Le samedi 24 mars place du Ralliement à 16 heures.

Préparation de la marche Angers-Paris

Tous les marcheurs faisant la marche Angers-Paris ne pouvant être présents aux réunions de préparation, des échanges par mails peuvent nous permettre de dégager des idées fortes communes à chacun d’entre nous afin de définir nos objectifs et nos façons de fonctionner collectivement. Lors de notre dernière réunion, plusieurs questions se sont posées. Merci de donner votre avis (en utilisant les numéros des questions, ça sera plus simple pour mettre en commun).

1.                 L’AFP (Agence France Presse) souhaite rencontrer un marcheur de notre marche pour l’interviewer. Quelles relations entretiendrons-nous avec les médias ?

2.                 Le soir, nous souhaitons rester dormir sur la place publique. Que faisons-nous si les tensions sont fortes ou si nous sommes invités ailleurs ?

3.                 Prévenons-nous la mairie de notre arrivée, si oui quand ?

4.                 Si des élus sont à prêts à nous accueillir officiellement, acceptons-nous cet accueil et sous quelle forme ?

5.                 Est-ce que nous envoyons des éclaireurs dans les villages pour préparer notre accueil ? (si oui, quels moyens de transport utilisons-nous ?)

6.                 En ce qui concerne la nourriture, une pratique des marcheurs allant à Bruxelles a été celle de la non-utilisation d’argent (seulement récupération de nourriture auprès des commerçants, dons de la population, dons des indignés marcheurs au collectif en ce qui concerne le tabac). Reproduisons-nous ce système ?

7.                 Comment faisons-nous pour le linge ?

8.                 Marchons-nous sur des grandes routes (pour la visibilité) ou sur des petites (pour la tranquillité) ?

 

– En dehors de ces questions auxquelles il nous faut répondre, nous devons établir la liste des besoins collectifs. Quels sont-ils ?

 

–  Enfin, quels sont les thèmes que nous voudrions voir portés par cette marche et sur lesquels  nous échangerions avec les gens lors des assemblées chaque jour.

L’idée d’amener des cadeaux aux villes/villages traversés (produits locaux, graines) que nous échangerions avec des produits/graines locaux a été évoquée ainsi que celle de cahiers

qui permettraient aux gens rencontrés d’exprimer leurs revendications et de les porter à Paris lors du rassemblement (quelle forme pour les cahiers ?).

Pour finir, un atelier de fabrication de banderoles pour la marche va se dérouler, avez-vous des idées de slogans ?

pour répondre veuillez utilisez l’adresse : indignesangevins@mailoo.org

 

Les indignés d’Angers préparent une marche populaire vers Paris.

Le départ est prévu le 7 avril à 10h, de la place du Ralliement.

Tract marche Angers Paris + itinéraire

Compte-rendu du 26 novembre 2011

Publié: 28 novembre 2011 dans Actus, Comptes rendus

11 participants au début de l’A.P., 14 à la fin.

1/ Question des R.G.

Une personne appartenant aux R.G. s’est présentée comme tel et a laissé son mail en demandant à être mis au courant de nos actions. Que faire ? Les avis sont partagés.

  • Certains sont pour :

    Les RG trouveront les informations de toutes façons, alors autant leur envoyer les mêmes mails qu’à tous, sans leur faciliter la tâche.

    Se « battre » contre eux serait une perte d’énergie, inutile de se les « mettre à dos » en se taisant ou en leur racontant des histoires.

    Et si cet homme souhaitait rejoindre le mouvement ?

    Il peut venir en tant qu’individu sans étiquette. Mais si des gens plus engagés dans la lutte nous rejoignent, cela les mettrait en danger.

    • D’autres sont plus hésitants, voire contre :

      S’il vient discuter avec nous cela ne dérange pas, en revanche, lui faire remonter les mails est périlleux, on ne sait pas ensuite où cela va.

      Le travail des RG c’est de chercher les infos.

      On peut passer un marché avec lui : on lui donne des infos, en échange il nous dit comment elles sont utilisées, ce qui est dit sur nous.

      Les RG travaillent pour l’Etat. Une collaboration ne serait pas naturelle.

Un pré-vote est effectué à main levée : un pour, une large majorité contre. Il est donc décider de ne pas leurs fournir plus d’informations pour le moment, néanmoins de se laisser le temps de la réflexion et de reporter la question à plus tard.

2/ Préparation de la journée mondiale du 10 décembre

Quelle action envisager ?

La question des migrants pourrait être centrale ce jour-là, d’autant plus que l’appel mondial a été lancé en lien avec l’élaboration d’une Charte Commune des Droits Humains. Nous devons nous situer par rapport à cette question, en tant qu’indignés.

Proposition d’action : préparer un repas dont ils seraient les invités d’honneur. La salle de l’Etincelle pourrait accueillir 50 à 100 personnes pour ce repas.

Le rassemblement place du Ralliement aurait lieu auparavant à 16h comme tous les samedis, avec une information ciblée sur les migrants.

Question de la communication : faire des tracts, chacun s’occupant de les dupliquer et de les diffuser.

Faut-il contacter les média ? Les avis sont partagés, décision est prise de se mettre d’accord avant sur un communiqué de presse, qui sera préparé mercredi prochain 30 novembre.

Quelqu’un souhaite que les adresses mail ne figurent pas toutes sur les messages envoyés (problème de mails indésirables reçus par certains). Le problème à déjà été pris en compte et réglé suite à de précédentes remarques à ce sujet. Les membres de la commission chargé actuellement de la gestion des mails présente ses excuses et mettra tout en oeuvre pour que cela ne se reproduise plus.

Réunion mercredi 30 novembre à 18h au Saltimbanque (certains indignés se rejoignent dès 16h)

  Il faisait un peu froid pour l’action des indignés de samedi matin. Nous étions un peu plus d’une trentaine, moitié moins que pour la première action, peut être à cause du froid, de la lassitude, d’autres engagements prévus…Par rapport à la première action, nous étions beaucoup mieux organisés. Pendant qu’une dizaine d’indignés allaient nettoyer les banques vêtus de blouses de travail et armés de balais, de chiffons, d’éponges… les autres dehors tractaient des informations sur les banques, échangeaient avec les passants et lisaient au mégaphone toute une série de textes.

  L’action a été beaucoup plus vivante que la première. Nous sommes allés aux mêmes banques que la première fois voir si les choses avaient changé. Au Crédit Agricole où nous avions été reçus fraîchement par le directeur d’agence en octobre, les choses se sont mieux passées cette fois-ci. Le directeur (consignes de la hiérarchie ou de meilleure humeur ?) a pris le temps d’échanger avec nous. Spectacle assez surréaliste d’un échange de près de 45 minutes ou milieu de l’agence entre des gens en blouse et un monsieur en cravate ! Nous avons apporté le débat sur les banques dans les deux agences (même topo à la Société Générale) où nous avons pu échanger avec le directeur, les employés, les clients… Ce genre d’action est revigorant pour la démocratie car le sujet des problèmes du système bancaire sont discutés entre différents acteurs (professionnels, citoyens, clients…). Il y a quelques désaccords évidemment mais globalement le constat que ça ne peut pas continuer comme cela est partagé par tout le monde même les directeurs d’agence. La réponse qui nous est toujours faite est que les décisions se prennent en amont des agences et qu’ils n’ont pas leur mot à dire sur les pratiques frauduleuses bancaires qu’ils condamnent comme les indignés. Cela pose la question de la responsabilité individuelle devant les pratiques inacceptables. Nous comprenons qu’il faut manger et qu’on peut être un rouage de la machine sans adhérer aux pratiques. Ce qui est vrai pour les banques est vrai dans les autres domaines d’activité. Le système ne fonctionne que par nos contradictions. D’où l’importance d’une réflexion individuelle sur son mode de vie. Et de relire La Boétie et son discours sur la servitude volontaire.

A certains moments, il faut avoir du courage et dire non, et résister. « Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux».

Le film « Stéphane Hessel, une histoire d’engagement » de Christine Seghezzi sera projeté gratuitement le mardi 29 novembre à 20h30 au Centre Culturel Jean Carmet de Mûrs-érigné, et sera suivi ensuite d’un débat en présence de la réalisatrice.

Cette soirée, dans le cadre du mois du Film Documentaire, est proposée par la Médiathèque Jean Carmet, en partenariat avec la Bibliothèque Départementale de Prêt, le Festival du Film Nature et de l’Environnement ainsi que l’association des Amis du Bon Cinéma 49.

Son histoire se confond avec l’Histoire du XXème siècle, dont il est un des plus grands témoin : Résistant, déporté durant la seconde guerre mondiale, Stéphane Hessel participe à la rédaction de la déclaration Universelle des Droits de l’Homme, ambassadeur de France il est aujourd’hui, à plus de 93 ans, un des médiateurs des sans papiers, inlassable défenseur des plus faibles et l’auteur désormais reconnu du grand public du petit livre-phénomène d’édition « indignez-vous » publié aux éditions Indigène en 2010 et vendu en 10 semaines à près d’un million d’exemplaires en France. Depuis longtemps déjà, il défend l’héritage du Conseil National de la Résistance : primauté de l’intérêt général sur l’enrichissement individuel, coopérations transnationales, cogestion syndicale des grands services publics, égalité des droits pour les immigrés, …

Aujourd’hui ses valeurs et ses écrits servent de modèles pour beaucoup, ils sont d’ailleurs relayés par les différents mouvements naissants « des indignés » à travers l’Europe en crise.

Si vous voulez mieux connaître les livres de Stéphane Hessel :

Le Tourbillon de la vie, la véritable histoire de Jules et Jim en collaboration avec Manfred Flügge et Ulrich Hessel, Albin Michel, 1994

Danse avec le siècle (autobiographie), Seuil, 1997.

Dix pas dans le nouveau siècle, Seuil, 2002.

Ô ma mémoire : la poésie, ma nécessité (88 poèmes commentés), Seuil, 2006 ; réédition en 2010.

Citoyen sans frontières, conversations avec Jean-Michel Helvig, Fayard, 2008.

Indignez-vous !, Indigène éditions, collection « Ceux qui marchent contre le vent », octobre 2010[

Engagez-vous !, entretiens avec Gilles Vanderpooten, éditions de l’Aube, collection « Monde en cours », série « Conversation pour l’avenir », mars 2011.

Le chemin de l’espérance, en collaboration avec Edgar Morin, éditions Fayard, septembre 2011.

Venez nombreux !!!